[Visiteur - Connexion]   
Chat Box

Cliquez ici pour entrer

0 personnes connectées.

Annonces
Forums Infos
Activité du Site

Pages vues depuis 21/05/2012 : 810 802

  • Nb. de Membres : 29
  • Nb. d'Articles : 68
  • Nb. de Forums : 11
  • Nb. de Sujets : 5
  • Nb. de Critiques : 1

Top 10  Statistiques

MiniMig vs MiST

(1720 mots dans ce texte )  -   lu : 599 Fois     Page Spéciale pour impression

MiST vs MiniMig




N'ayant plus de Classic depuis bien longtemps (en gros depuis le décès de mon 1200 overboosté lors d'une Alchimie en 2005 et pendant laquelle je suis passé à AmigaOS 4.1 sur AmigaOne XE G3), je me suis rabattau sur le très pratique RunInUAE sur le système à la boule rouge.

Mais force est de constater que, malgré la vitesse du JIT le mettant au niveau d'un 68060 lorsque lancé sur X1000, l'affichage reste saccadé (limitation due à SDL mais potentiellement aténuable en quittant AmiDock). Et si RunInUAE est en effet génial pour profiter des toutes dernières démos AGA sorties nécessitant de la puissance, il manque le charme de l'authentique.

Et l'authentique peut être de s'équiper à nouveau d'un système d'origine tel qu'un Amiga 500/600 ou 1200 (en s'équipant d'extensions) mais cela peut aussi passer par ce qui s'approcherait le mieux de l'authentique, ceci grâce aux développements FPGA en cours depuis plusieurs années : les cartes FPGA basées sur le core du MiniMig.

Lorsqu'ACube prit à sa charge la fabrication des MiniMig (le matériel portait le même nom que le core le faisant fonctionner), le clone FPGA réussi de l'Amiga 500, je me suis dit qu'il m'en fallait un avant la rupture de stocks. J'en acquis un d'occasion avec 2Mo embarqués ainsi que son contrôleur ARM. Celui-ci permet de surcadencer le 68000 (un vrai 68000 soudé sur la carte) à 49Mhz au lieu des 7Mhz d'origine. Par la suite, limité par les 2Mo, j'offris cette version à un ami et j'ai acquis la version 4Mo (auprès d'Amedia lors d'une Alchimie), que je ne quitte plus.

 

En effet, le MiniMig version 4Mo permet d'utiliser WHDload de manière aisée et le petit boost du CPU (ainsi que la rapidité des lecteurs de disquettes/disques durs émulés) en font l'Amiga 500 rêvé pour tout collectionneur. Oui, ce n'est pas un vrai Amiga 500 mais le vrai 68000 ainsi que le FPGA programmé pour recréer intégralement les chipsets d'origine, en font une petite merveille d'utilisation.


 

Le MiniMig est en effet l'Amiga 500 ultime pour profiter de tous les jeux sortis à l'époque et le 68000 à 49Mhz leur donne, pour certains, une jouabilité que l'on a connue uniquement avec des cartes accélératrices onéreuses à l'époque ou tout simplement à l'arrivée de l'Amiga 1200.

Et justement, l'Amiga 1200 proposa une nouveauté énorme par rapport à l'A500 : l'AGA. Ce fameux mode graphique permettant un affichage de 256 couleurs parmi 16M a fait toute la différence entre les deux bébés de Commodore.

Et ce côté 1200 me manquait car l'A500 c'est sympa mais ça limite à tous les jeux et démos OCS/ECS sortis et donc met de côté la flopée de jeux et démos AGA sortis par la suite. J'ai suivi de loin le développement assez cahotique de différents système promettant une émulation du 1200 correcte (tel que le FPGA Arcade/Replay par exemple) mais aussi celui du MiST.

En étudiant un peu plus la chose, j'ai constaté que le MiST (pour Amiga/ Atari ST) était le système FPGA actuellement le plus avancé pour ce qui était du 1200 (le projet d'ACube étant visiblement tombé à l'eau et la Vampire 1200 "standalone" encore très loins d'apparaître sur nos étals). Tout comme le MiniMig 4Mo (ou l'AmigaOne XE), j'ai craqué lors d'une Alchimie et fait l'acquisition d'un MiST auprès d'Amedia.


Que propose le MiST donc ?

Outre ses possibilités de recréer des consoles et micro ordinateurs mythiques (fonction que je n'utiliserai pas, mon but étant uniquement de l'utiliser en tant qu'Amiga), il offre la possibilité de recréer uniquement grâce à son FPGA (plus gros et plus puissant que celui du MiniMig) l'intégralité des fonctionnalités de l'Amiga 1200. En effet le FPGA du MiST va s'occuper de reproduire le 68000 ou le 68020 d'origine, de le surcadencer et, en plus de recréer les chipsests d'origine, de pouvoir profiter de l'AGA. De plus, le MiST embarque un total de 24Mo, largement plus que les 4Mo maximum du MiniMig.

 

C'est en effet Chaos qui a pris en main le développement du core AGA pour le MiST car le core d'origine du Minimig (celui utilisé pour le MiniMig) est aussi disponible pour ceux qui veulent simplement avoir un Amiga 500 et qui regrettent de n'avoir pu acquérir un MiniMig lorsqu'il était disponible. On peut dire qu'il n'a pas chômé car cela fonctionne plutôt vraiment bien.

Malgré tout, il va falloir être honnête : il reste encore un peu de travail à réaliser. Et malgré deux nouvelles versions du core AGA sorties récemment, corrigeant quelques menus bugs, il reste des jeux qui ne fonctionnent pas correctement et qui ont soit des problèmes d'affichage (XP8, Capital Punishment ou Super Stardust par exemple) ou qui plantent carrément (Pinball Illusions). Ca gâche un peu le plaisir.

Du côté des démos, disons qu'il va falloir se contenter de démos AGA légères. Oubliez les démos TBL par exemple, qui nécessitent un 68040/68060 et au moins 32Mo de mémoire. Pour TBL, ce sera surtout le manque de mémoire qui sera pénalisant. Pour d'autres démos, malgré la possibilité d'obtenir les performances d'un 68030 à 28Mhz (sans FPU ni MMU), on atteindra vite les limites de la puissance de la machine.


Alors tout est sombre ?

Non, car je râle sur ce qui ne marche pas, omettant de valider le fait qu'une très vaste majorité des jeux AGA de l'époque fonctionnent sans problème et même mieux aussi bien grâce à WHDLoad qu'aux réglage de la vitesse du MiST. Sans parler des acquis du MiniMig originel (vitesse des lecteurs de disquettes, émulation disques durs, adoucissement de l'affichage, utilisation de scanlines, etc...).

Mais malgré tout mon coeur balance du côté du MiniMig originel, de par sa compatibilité totale avec tout ce qui est sorti à l'époque, de par le fait que personne n'a sorti de jeux ou de démos OCS/ECS ayant besoin d'une vitesse CPU de plus de 49Mhz et enfin de par sa présentation dans son boîtier "crystal", bien plus léché que le casier métallique du MiST.

La présence d'un vrai 68000 sur le MiniMig permettait aussi de dédier l'intégralité du FPGA aux chipsets et le contrôleur ARM que l'on installait en replacement du PIC d'origine améliorait encore les choses sans, encore une fois, prendre de la puissance au FPGA. Heureusement, la carte MiST embarque elle aussi un contrôleur ARM directement soudé pour apporter les mêmes bénéfices que sur le MiniMig originel. Notez que le PIC ou le contrôleur ARM a pour but de gérer les périphériques du système, le FPGA n'ayant pas à s'en occuper.

A noter aussi que le MiniMig propose un port null-modem et ça, pour une partie de Lotus II à deux, trois ou quatre, c'est indispensable et même si je conçois que pour la partie Atari, les ports MiDi avaient une importance, l'avoir supprimé du MiST est clairement une erreur.

Mais le MiST a aussi l'avantage de posséder 4 ports USB, sur lesquel vous pourrez brancher un clavier et une souris USB, reconnus nativement. Mieux même : vous pourrez utiliser n'importe quel gamepad et il sera fonctionnel dans vos jeux. Le MiniMig ne propose que du PS/2 pour le couple clavier/souris et on ne peut utiliser que deux joystick de type DB9 (standard de l'époque).

Alors, est-ce que je regrette l'achat de mon MiST ? Non car pouvoir rejouer à Slam Tilt, Alien Breed Tower Assault, Cahos Engine I et II, Civilization, Ishar I, II et III, Speris Legacy, ... en AGA, cela m'avait vraiment manqué !

Si je devais attribuer une note à nos deux petits micro-ordinateurs basés sur du FPGA : je mettrais un 5/5 au MiniMig et un 4/5 au MiST mais avoir les deux (voire le MiST uniquement puisque le core MiniMig 1.1 est supporté) vous apportera des heures de découvertes et de jeu !

Le MiniMig n'étant plus disponible qu'en occasion, il ne reste aujourd'hui que le MiST sur le marché.

J'élude volontairement tout ce qui a trait à la Vampire (qu'elle soit 500, 600 ou 1200) car ce n'est pas le même marché qui est visé.


Compartatif des deux systèmes en présence :

MiniMig

  • FPGA : Spartan-3 XC3S400
  • Contrôleur ARM à 48Mhz (PIC à remplacer par l'extension ARM)
  • chipsets supportés : OCS, ECS
  • chipRAM : 0.5MB à 2.0MB
  • slowRAM : 0.0MB à 1.5MB
  • CPU core : vrai 68000 (MC68SEC000) soudé sur la carte, cadencé à 16Mhz (réduit à 7Mhz mais overclockable jusqu'à 49Mhz avec le contrôleur ARM)
  • kickstart : 1.2 à 3.1 (les kickstarts de 256Ko et 512Ko sont actuellement supportés)
  • Lecteur de disquettes : 1-4 lecteurs virtuels (support du format ADF, en mode normal & turbo)
  • Disque durs : 1-2 images disques supportées
  • Standard vidéo: PAL / NTSC
  • Supports des sorties vidéos normale & scandoublées (15kHz / 30kHz) en VGA. Peut aussi être utilisé sur un moniteur (de type 1084) ou une TV avec un câble Péritel
  • Périphériques supportés : vraies souris Amiga (en DB9), vrais joysticks Amiga (en DB9), claviers et souris PS/2, câble null-modem

MiST

  • FPGA : Altera Cyclone III EP3C25
  • Contrôleur ARM à 48Mhz soudé sur la carte
  • chipsets supportés : OCS, ECS, AGA
  • chipRAM : 0.5MB à 2.0MB
  • slowRAM : 0.0MB à 1.5MB
  • fastRAM : 0.0MB à 24MB
  • CPU core : TG68k recréant un 68000, 68010 ou 68020 sans FPU ni MMU. Le 68020 pet être cadencé jusqu'à 28Mhz en mode turbo
  • kickstart : 1.2 à 3.1 (les kickstarts de 256Ko et 512Ko sont actuellement supportés)
  • Lecteur de disquettes : 1-4 lecteurs virtuels (support du format ADF, en mode normal & turbo)
  • Disque durs : 1-2 images disques supportées (supporte de la totalité des images disques, images de partition, en utilisant la totalité de la cartee SD card et en utilisant des partitions sur carte SD)
  • Standard vidéo: PAL / NTSC + support préliminaire des modes d'écran programmables (640x480x60Hz).
  • Supports des sorties vidéos normale & scandoublées (15kHz / 30kHz) en VGA. Peut aussi être utilisé sur un moniteur (de type 1084) ou une TV avec un câble Péritel
  • Périphériques supportés : vraies souris Amiga (en DB9), vrais joysticks Amiga (en DB9), claviers USB, souris USB, gamepads USB, entrées/sorties MiDi)
  • Les ports USB peuvent potentiellement supporter tout ce qui se connecte à ce format (ethernet, RTC, clef USB, ...) mais un pilote sera nécessaire (et aucun n'existe actuellement).



Retour à la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :
Le MiniMig 1.1

La Vampire
Les dérivés du MiniMig

Sondage
Achèteriez-vous une Vampire 1200
 Oui
 Non
 Ne sait pas

Results, Résultats

  • Votes : 2
  • Commentaire(s) : 0
Article du Jour
Il n'y a pas encore d'Article du Jour.

Temps : 0.0423 seconde(s)